La lettre du micro-entrepreneur

0
828
la lettre du micro-entrepreneur

Comme chaque année, les micro-entre­pre­neurs doivent effec­tuer leur décla­ra­tion de reve­nus de l’année pré­cé­dente. Pour les nou­veaux, comme pour les anciens, cette année sera par­ti­cu­lière puisqu’il fau­dra la faire dans le contexte du pré­lè­ve­ment à la source et du dis­po­si­tif de l’année blanche. L’UPSME a publié plu­sieurs articles pour que cette démarche se fasse sans stress.

Le prin­temps 2019 va éga­le­ment voir appa­raître de nou­velles modi­fi­ca­tions dans le régime de la micro-entre­prise. En effet, la loi PACTE de Bruno LEMAIRE a été défi­ni­ti­ve­ment adop­tée le 11 avril 2019. Désormais, l’UPSME va suivre la publi­ca­tion des décrets d’application et vous infor­mera de l’entrée en vigueur des nou­velles dis­po­si­tions.

Cette lettre du micro-entre­pre­neur revient sur ces deux évé­ne­ments man­quants mais éga­le­ment sur l’actualité de l’UPSME. Bonne lec­ture et n’hésitez pas à don­ner votre avis.

La déclaration de revenus 2018 du micro-entrepreneur

Micro-entrepreneurs : à vos déclarations de revenus 2018

Le pré­lè­ve­ment à la source, qui per­met de s’acquitter de l’impôt sur le revenu en temps réel, est entré en vigueur le 1er jan­vier 2019. Le micro-entre­pre­neur, concerné par ce dis­po­si­tif, va devoir en tenir compte lors de sa décla­ra­tion de reve­nus.

Le micro-entre­pre­neur est éga­le­ment concerné par l’année blanche sur les reve­nus 2018 qui va se concré­ti­ser par le CIMR (Crédit d’Impôt de Modernisation du Recouvrement).

Pour per­mettre de com­prendre toutes les sub­ti­li­tés de cette révo­lu­tion dans le recou­vre­ment de l’impôt, l’UPSME a publié plu­sieurs articles :

Un der­nier article per­met aux micro-entre­pre­neurs de visua­li­ser les dif­fé­rentes étapes de la décla­ra­tion en ligne (ou de l’imprimé 2042 C Pro) : la décla­ra­tion de reve­nus 2018 du micro-entre­pre­neur.

La loi PACTE de Bruno LEMAIRE enfin votée par l’Assemblée Nationale

la lettre du micro-entrepreneur

Le plan d’action pour la crois­sance et la trans­for­ma­tion des entre­prises (PACTE) a pour ambi­tion de don­ner les moyens aux entre­prises de gran­dir, de se trans­for­mer, d’innover et de créer des emplois.

La loi PACTE a été défi­ni­ti­ve­ment adopté par l’Assemblée Nationale le 11 avril 2019. De nou­velles dis­po­si­tions vont donc venir affec­ter la vie des micro-entre­pre­neurs dans les pro­chaines semaines :

  • Disparition du Stage de Préparation à l’Installation (SPI) imposé par toutes les Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) en préa­lable de toute ins­tal­la­tion. Désormais, le SPI sera facul­ta­tif et fac­turé par toutes les CMA au prix de 190 €.
  • Le compte ban­caire dédié à l’activité du micro-entre­pre­neur, obli­ga­toire aujourd’hui, va deve­nir facul­ta­tif pour tous les micro-entre­pre­neurs qui font moins de 5 000 € de chiffre d’affaires par an.

Une autre dis­po­si­tion est actée par la Loi mais ne verra pas le jour avant 2021 (au moins) tant sa mise en appli­ca­tion s’annonce com­plexe et labo­rieuse. Il s’agit de la réor­ga­ni­sa­tion com­plète des Centres des Formalités aux Entreprises (CFE) qui s’élèvent aujourd’hui à 7 et qui seront regrou­pés à terme dans une pla­te­forme unique dédiée à la créa­tion d’entreprise. Pour les créa­teurs aller­giques ou éloi­gnés du numé­rique, les pla­te­formes exis­tantes seront main­te­nues.

L’UPSME finalise des partenariats avec des acteurs majeurs du monde du bien-être

la lettre du micro-entrepreneur
la lettre du micro-entrepreneur

Les conven­tions de par­te­na­riat 2019 qui viennent d’être signées avec ce syn­di­cat et cette fédé­ra­tion vont per­mettre aux réflexo­logues et aux mas­seurs bien-être, de béné­fi­cier d’une offre de ser­vices com­plète pro­po­sée par l’UPSME, grâce à leur simple adhé­sion en cours de vali­dité auprès du SPR et de la FFMBE.

Les micro-entre­pre­neurs qui sou­haitent connaitre le détail de l’aide et de l’accompagnement que nous pro­po­sons au tra­vers de ces par­te­na­riats peuvent nous contac­ter sur les adresses mail sui­vantes :

L’entrée en vigueur de l’ACRE 2019

L'ACCRE 2019 pour les micro-entrepreneurs

Depuis le 1er jan­vier 2019, tous les nou­veaux micro-entre­pre­neurs béné­fi­cient, sans démarche par­ti­cu­lière, de l’Aide à la Création ou à la Reprise d’Entreprise (ACRE). Ce dis­po­si­tif est accordé sous réserve de ne pas dépas­ser 40 254 € de revenu impo­sable lors de l’année de créa­tion.

L’exonération ACRE pour le micro-entre­pre­neur reste inchan­gée, par rap­port à l’ancienne for­mule, avec une réduc­tion de :

  • 75% la 1ère année
  • 50% la 2ème année
  • 25% la 3ème année.

En 2019, les taux de coti­sa­tions ACRE pour les micro-entre­pre­neurs sont les sui­vants :

L'ACCRE 2019 pour les micro-entrepreneurs

Certaines aides et notam­ment l’ARCE accor­dée par Pôle emploi, res­tent sou­mises à la jus­ti­fi­ca­tion de l’obtention de l’ACRE. Pour per­mettre de faire ces demandes, l’URSSAF fait désor­mais par­ve­nir aux nou­veaux micro-entre­pre­neurs un mail et/ou un cour­rier attes­tant de la mise en place de l’ACRE.

Pour connaitre la durée du dis­po­si­tif et de sa dégres­si­vité, l’UPSME a déve­loppé un simu­la­teur acces­sible dans le lien en annexe ci-contre

Simulateur ACRE 2019 (ver­sion excel)

Micro-entrepreneurs : ne vous faites pas avoir par l’imagination sans limite des arnaqueurs

la lettre du micro-entrepreneur

Depuis quelques semaines, les micro-entre­pre­neurs imma­tri­cu­lés depuis le 1er jan­vier 2019, reçoivent un cour­rier rela­tif à l’indexation des entre­prises à la taxe sur la valeur ajou­tée (TVA). Ce cour­rier pré­cise que les “auto-entre­pre­neurs”, bien que non assu­jet­tis à la TVA, sont éga­le­ment concer­nés par l’obligation de s’acquitter de la somme de 295 €.

C’est bien évi­dem­ment une arnaque et ce cour­rier doit aller direc­te­ment à la pou­belle !

COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE