Le FAFCEA et l’UPSME mettent en place une cellule de travail

0
2268
le FAFCEA et l'UPSME passent un accord sur les formations

La prise en charge des for­ma­tions demeure un casse-tête pour des dizaines de mil­liers de micro-entre­pre­neurs exer­çant dans le domaine de la santé.

La col­la­bo­ra­tion de l’UPSME et du FAFCEA vient de per­mettre la mise en place d’une cel­lule de pré-étude des dos­siers. Ceux-ci devront avoir été sou­mis obli­ga­toi­re­ment par l’UPSME.

En paral­lèle de cette avan­cée, l’UPSME conti­nue d’avancer sur la pro­blé­ma­tique d’affiliation des 86.90 F et des 96.04 Z en col­la­bo­ra­tion avec la caisse natio­nale de la nou­velle Sécurité Sociale des Indépendants et la DGE.

Prise en charge de la formation des micro-entrepreneurs 86.90 F par le FAFCEA

La prise en charge des for­ma­tions par le FAFCEA va conti­nuer mal­gré la mau­vaise affi­lia­tion de ces micro-entre­pre­neurs qui devraient être pris en charge par le FIFPL en tant que pres­ta­tions de ser­vices BNC.

Depuis juillet 2017 l’UPSME a obtenu cette prise en charge excep­tion­nelle par le FAFCEA des micro-entre­pre­neurs affilié(e)s au RSI arti­san mais n’étant pas immatriculé(e)s au RM et ne rele­vant pas des CMA. Cette avan­cée consi­dé­rable est une pre­mière depuis que le pro­blème existe mais ne devait ini­tia­le­ment durer que jusqu’à décembre 2017.

Prorogation de la prise en charge

Sur demande minis­té­rielle, le FAFCEA a été invité à pro­ro­ger tout 2018 la prise en charge excep­tion­nelle de la for­ma­tion des micro-entre­pre­neurs 86.90 F obte­nue par l’UPSME en 2017.

Mise en place d’une cellule d’étude UPSME-FAFCEA

Vous êtes tous les jours plus nom­breux à nous deman­der si toutes les for­ma­tions vont être prises en charge ? Malheureusement pas pour l’instant.

Le conseil d’administration du FAFCEA refuse d’aligner ses cri­tères d’attribution sur ceux du FIF-PL, OPCA nor­ma­le­ment dédié à ces micro-entre­pre­neurs.

Afin de vous évi­ter des allers-retours inces­sants et chro­no­phages et une dés­illu­sion sur votre prise en charge, l’UPSME a obtenu le droit excep­tion­nel de faire pré-étu­dier les dos­siers par le FAFCEA afin d’obtenir en 48h00 une réponse de prin­cipe.

  • Télécharger ici le dos­sier de prise en charge FAFCEA

Pré-étude de votre demande de prise en charge

L’UPSME et le FAFCEA se sont accor­dés pour que tous les dos­siers envoyés par l’UPSME soient étu­diés pour obte­nir une réponse de prin­cipe sur la vali­da­tion de la for­ma­tion deman­dée, évi­tant ainsi des semaines d’allers-retours.

Quelle solution pour les prises en charge refusées ?

Soutenir l’UPSME.

C’est grâce à votre sou­tien que l’UPSME peut peser un peu plus chaque jour et obte­nir la recon­nais­sance de la popu­la­tion qu’elle défend. Nous employons tous les jours tous nos efforts afin d’avancer conjoin­te­ment avec les orga­nismes sociaux et les admi­nis­tra­tions pour trou­ver des issues défi­ni­tives à vos pré­oc­cu­pa­tions.

Pour rap­pel, l’UPSME a obtenu en 2017 la réso­lu­tion du dys­fonc­tion­ne­ment des micro-entre­pre­neurs 96.04 Z et 96.09 Z du monde du bien-être grâce à la mise en place d’une pro­cé­dure natio­nale excep­tion­nelle de trans­fert de compte TI (tra­vailleur indé­pen­dant).

Ce trans­fert a déjà per­mis à des cen­taines d’adhérent(e)s de l’UPSME de :

  1. Se voir attri­buer le bon OPCAAGEFICE — et obte­nir la prise en charge de leurs for­ma­tions
  2. Etre remboursé(e)s de toutes les taxes pour frais de chambre ver­sées à tort

Résolution défi­ni­tive du cas des 86.90 F

L’UPSME va amor­cer dans les semaines qui arrivent un mou­ve­ment géné­ral de toutes les orga­ni­sa­tions pro­fes­sion­nelles, fédé­ra­tions, syn­di­cats du monde de la santé et du bien-être afin de por­ter plus haut le mes­sage de recon­nais­sance de ces pro­fes­sions et la réso­lu­tion de leurs pro­blèmes.

Vous êtes une orga­ni­sa­tion et vous repré­sen­tez des micro-entre­pre­neurs dans le milieu de la santé ou du bien-être, nous vous invi­tons à nous contac­ter rapi­de­ment à l’adresse sante-bien-etre@upsme.fr !

COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE